La Chine construit une petite lune artificielle pour tester de nouvelles technologies

Si le programme américain d’alunissage avance à grands pas vers l’objectif des premières missions Artemis, malgré un retard prévisible sur le calendrier choisi sous l’ancienne administration Trump, d’autres acteurs internationaux ne sont pas à oublier, la Chine surtout.

Début 2019, ils sont arrivés sur la face cachée de la Lune grâce à la mission spatiale Chang’e-4 et grâce au petit rover Yutu-2, nous avons pu voir de magnifiques clichés. La mission se poursuit et a récemment résolu l’énigme de la structure cubique observée de loin, apparemment très similaire à un monolithe de Stanley Kubrick, mais qui s’est avérée être tout sauf cela.

Il est bien connu que la Chine envisage également de se poser sur la Lune avec ses propres moyens et très probablement avec un équipage humain, et a donc décidé d’étudier en profondeur les caractéristiques de notre satellite naturel et de le faire depuis la surface de la Terre. Nous savons que les conditions gravitationnelles et magnétiques sont très différentes de celles de la Terre, alors comment pouvons-nous surmonter ces difficultés ? La solution est venue avec la construction d’une structure capable de simuler ses caractéristiques, c’est-à-dire une véritable portion artificielle de la Lune semblable en tous points à l’original.

Une lune artificielle d’environ 60 centimètres

Mais ne vous attendez pas à une structure gigantesque : il s’agira d’une chambre à vide d’un diamètre d’environ 60 cm, utilisant de puissants champs magnétiques pour simuler la faible gravité de notre satellite naturel. Pour rendre la reconstitution plus réaliste, la surface intérieure sera remplie de roches et de poussière, ce qui en fera le premier “simulateur de lune” de ce type au monde.

La technologie utilisée maintiendra la gravité à un niveau bas aussi longtemps que nécessaire et s’avérera utile pour tester de manière prolongée des instruments et des technologies, qui pourront ensuite être testés avant d’être effectivement envoyés dans l’espace. Selon Li Ruilin, ingénieur en géotechnique à l’Université chinoise des mines et des technologies et promoteur de la technologie à venir, certains tests prennent plusieurs jours pour être réalisés, comme les tests de déformation des matériaux, de sorte que la nouvelle installation de simulation lunaire pourrait s’avérer très utile.

L’inspiration pour adopter ce modus operandi est venue de l’expérience de lévitation d’Andrej Geim, un scientifique néerlandais de l’université de Manchester au Royaume-Uni, qui a remporté le prix Nobel de physique en 2010. Connu pour ses études sur la lévitation diamagnétique, il a prouvé qu’il pouvait faire flotter une grenouille avec un aimant. Aujourd’hui, les mêmes principes seront utilisés pour la lune artificielle de la Chine. Voici une vidéo de 1997, montrant l’incroyable expérience de Gejm.

Mais comment fonctionne la lévitation diamagnétique sur le plan théorique ? Nous savons que les atomes sont constitués d’un noyau composé de particules telles que des protons (positifs) et des neutrons (non chargés), autour desquels tournent des électrons (négatifs). Lorsque les électrons tournent, ils génèrent un courant et induisent la formation de faibles champs magnétiques. Cependant, dans des conditions normales, lorsque l’orientation des atomes est aléatoire et quel que soit l’objet (vivant ou inanimé), il n’y a aucune manifestation de magnétisme au niveau matériel. Tout change lorsqu’un champ magnétique est appliqué par l’intermédiaire d’un aimant externe. Si l’aimant est suffisamment puissant, la force de répulsion entre lui et le champ généré par les atomes augmentera au point de faire léviter l’objet. Il est clair qu’un aimant correctement calibré peut générer des conditions gravitationnelles lunaires, qui s’appliquent aussi bien aux objets inanimés qu’aux êtres vivants.

Comme indiqué précédemment, la Chine a également des projets ambitieux de colonisation lunaire. Bien que de nombreux projets n’aient pas été partagés, on sait que l’un des principaux objectifs de ce pays est la construction d’une petite station de recherche au pôle sud de la Lune, qui devrait être achevée en 2029. Peu de détails pour le moment mais nous ne manquerons pas de suivre cette importante initiative.

Leave a Reply

Your email address will not be published.